J’ai testé un spectacle d’improvisation féministe

Publié le par Sophie

J’ai été attirée par la superbe affiche tricolore du spectacle d’improvisation Féminité.s. Quelle beauté cette affiche ! Depuis le jour où j’ai assisté à un « catch d’impro » avec Libido, j’ai une passion pour l’improvisation et une grande admiration pour ses comédien.nes. Jamais je n’avais autant ri de ma vie. Quelle découverte ! Les zygomatiques en feu, j’avais ressenti un grand sentiment de liberté, de lâcher-prise et de joie, alors que je n’étais que spectatrice... Depuis, j’ai découvert d’autres troupes : Impro Infini, La Clique à Farce, La Douce Echarde et assisté à des spectacles hilarants, dans le cadre du Festival Subito!¡ à Plougastel. Enfin, il y a plusieurs cafés-bars qui accueillent ces comédien.nes un peu déjanté.e.s pour des soirées impro comme au Beaj Kafé à Brest ou Le Mélar Dit à Locmélar. Si vous avez d’autres adresses, n’hésitez pas à les partager en commentaires.

Troupe d'improvisation Féminité.s

J’ai vu pas mal de spectacles d’impro, mais jamais sur le thème des Féminité.s. Cela fait déjà quelques temps que je suis de près les actualités et prises de position fortes de Marine Bruneau, à la tête de Egaluce, cabinet d’expertise et de conseil en égalité femmes/ hommes et en égalité professionnelle, basée à Dirinon. Marine est également chroniqueuse radio (RCF) et télévision (Tébéo). Je me sens de mieux en mieux sensibilisée aux discriminations envers les femmes. Le mouvement #metoo n’y est pas étranger bien sûr, mais je crois surtout que c’est grâce à Marine, car elle habite près de chez moi et ça rend les choses plus concrètes.

Allez, petit rappel des chiffres officielles sur les violences faites aux femmes en 2021 :
•    122 femmes ont été tuées par leur partenaire ou ex-partenaire
•    22 hommes ont été tués par leur partenaire ou ex-partenaire
•    14 enfants mineurs sont décédés, tués par un de leurs parents dans un contexte de violences au sein du couple.

•    Parmi les femmes tuées par leur conjoint, 35 % étaient victimes de violences antérieures de la part de leur compagnon. Par ailleurs, parmi les 22 femmes ayant tué leur partenaire, la moitié, soit 11 d’entre elles, avaient déjà été victimes de violences de la part de leur partenaire.

Féminité.s
Féminité.s
Anne, libraire chez Comme les grands, en grande conversation avec les Féminité.s

Donc, en allant voir le spectacle d’impro Féminité.s, je savais que je n’allais pas forcément me bidonner, loin de là. En arrivant à la salle Kejadenn à Logonna-Daoulas, j’ai été surprise de voir autant d’hommes à une soirée « féministe », le thème n’intéressant en général par particulièrement ces derniers. J’étais contente de rencontrer plusieurs têtes familières, dont celles souriantes d’Annaïg, qui m’avait fait découvrir l’art-thérapie il y a quatre ans déjà ; de Marion, artiste chez Trib création et co-fondatrice du Génial Club ; et de Anne, pétillante libraire brestoise chez Comme les grands et qui proposait à la vente une sélection d'ouvrages sur les rapport femmes / hommes, l'histoire des femmes, de la Femme dans l'Histoire, des biographies de femmes courageuses et inspirantes, etc.

Puis, le spectacle a commencé. Chacun.e était invité.e à déposer un mot ou une phrase en rapport avec le thème dans un chapeau. Les comédiennes allaient y piocher au fur et à mesure pour les aider (ou pas) dans leur improvisation. Je ne peux pas vous divulgâcher le spectacle, tout simplement parce qu’il est unique, dans tous les sens du terme. Tout ce que je peux vous dire, c’est qu’il y a eu beaucoup d’émotions partagées avec le public, des rires, des délires, des horreurs de bouts de vie que seules les femmes peuvent connaître... Je sais qu’en évoquant la laque « Elnet » ou encore le fouettage de la pâte à crêpes, je ferai sourire les lecteurs.rices de cet article qui se sont déplacé.e.s à la soirée. Le mot que j’ai mis dans le chapeau « Lèvres » est sorti (j’étais trop contente !) de cette manière : « L’égalité, c’est faire ce que l’on veut de ses lèvres. » Je trouve que cette phrase résume merveilleusement bien le combat féministe ! 

Féminité.s
Féminité.s

A la fin de la soirée, le public était invité à partager une bonne crêpe Hopala, crêperie itinérante caritative qui rayonne autour de Daoulas, et à débriefer avec les comédiennes. J’ai reconnu Nolwenn sur scène. Je connais Nolwenn grâce à l’association Heol, qui gère notre monnaie locale. Nous en sommes toutes les deux bénévoles. Bien sûr, je lui ai sauté dessus pour la féliciter. J’ai également fait la connaissance de Aline, qui fait partie de l’antenne de Landerneau de l’association Femmes Solidaires. Je ne connaissais pas cette association, mais je songe sérieusement à adhérer. 

 

Les Féminité.s… Affaire à suivre. Prochaine date à Paris, à l’occasion du Wonder Impro Festival, les 9, 10, 11 et 12 mars prochain.


Lecture féministe que je vous recommande : Le coût de la virilité, de Lucile Peytavin
La chronique de Marine Bruneau sur ce livre :

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Merci ma So-so! C'était une belle surprise de passer cette soirée avec toi ! Vivement la prochaine et vive l'impro ! Bizzzz
Répondre